La génération Y vote pour l’Indemnité Kilométrique Vélo en entreprise

feed

A l’heure où tout le monde se demande si elle va devenir obligatoire, elle est déjà à l’oeuvre mais peine prendre sa place dans le quotidien des entreprises. Alors qu’elle ne concerne que 99 entreprises et un peu plus plus 62 000 salariés en France, l’Indemnité Kilométrique Vélo intéresse beaucoup les moins de 35 ans. C’est ce que montre un sondage de Domplus BVA pour La Tribune et BFM Business.

Voilà deux ans que la loi transition énergétique a instauré l’indemnité kilométrique vélo (IKV) sans grand succès à ce jour. La raison ? rien n’oblige les entreprises à la mettre en place même si elles bénéficient d’allègements fiscaux sur les sommes versées. Nous parlons d’un montant fixé à 25 centimes du kilomètre pour une indemnité annuelle plafonnée à 200 euros par an et par salarié. Jusque là, rien d’insurmontable et pourtant…

Les entreprises trop peu concernées

Alors qu’il est question de la rendre obligatoire, du côté des salariés, la demande est déjà bien là. Selon un sondage Domplus BVA pour La Tribune et BFM Business,  62% des moins de 35 ans jugent important que l’entreprise mette en place cette indemnité. La demande la plus forte se situe parmi les 18-24 ans (66%) et chez les jeunes Franciliens (64%). 

Le Club des villes et territoires cyclables annonce que seulement 99 structures ont mis en place l’indemnité kilométrique vélo en France. Ce qui représente au total à 62 212 salariés sur tout le territoire.

Les entreprises françaises ne sont pas à fustiger sur le sujet. Le premier frein au succès de l’IKV vient du manque d’information et communication sur le sujet. Pas assez bankable pour faire la Une, trop peu de gens connaissent son existence. 

Qu’est ce que l’indemnité kilométrique vélo ?

Mesure phare de la loi sur la transition énergétique promulguée en août 2015, les conditions d’application de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) ont été précisées par le décret n° 2016-144 du 11 février 2016.

Depuis cette date, les salariés du secteur privé qui se déplacent à vélo ou à vélo à assistance électrique (VAE) peuvent bénéficier d’une IKV fixée à 0,25 € par kilomètre parcouru. De plus, l’IKV vélo est cumulable avec le remboursement des abonnements transports pour les trajets de rabattement vers des arrêts de transport public.

Pour les salariés du secteur public, le dispositif est en phase de test jusqu’au 31 août 2018. Pour le moment, seuls les agents des ministères en charge du Développement durable et du Logement, et des établissements publics qui en relèvent, peuvent bénéficier de cette prise en charge des frais.

Elle est régie par des règles semblables à celles applicables au secteur privé : elle est calculée sur une IKV de 0,25€/km, elle est aussi cumulable avec le remboursement des abonnements de transports publics et est exonérée de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu dans la limite de 200€ par an et par agent.

Ne tardez plus et renseignez-vous auprès de votre employeur ! En cliquant ici, téléchargez le formulaire type que vous pourrez lui adresser.

1 – Info sondage

Notre dernier essai de vélo à assistance électrique (VAE)

Nouveau sur Le Mobiliste !

Envie d’acheter un vélo à assistance électrique ? de bénéficier des subventions et de l’IKV ?

Profitez du réseau et des prix Le Mobiliste. Demandez 3 devis à nos partenaires distributeurs. Triés sur le volet, ils vous accompagneront dans toutes vos démarches administratives. J’en profite !

Cet article La génération Y vote pour l’Indemnité Kilométrique Vélo en entreprise est apparu en premier sur Le Mobiliste.

Source: Lemobiliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.